| SONNET N°2 |

Son épopée commence, il avait dix-neuf ans.

Intrépide, vaillant, plein de fougue et d’audace ;

D’un immense génie se forgeaient carapace

Les ombres si ténues de son destin ardent.

Prophète étincelant sous la pâle lumière,

Après la lune il court, et bouscule en passant

Uranus, et Saturne, et les astres fuyants,

Longtemps paralysés par les froides chimères.

Jamais plus du héros ne tremblera la face,

Tant est vif et puissant l’insatiable désir

Monté sur un char d’or qui le comble de grâce.

Il avait dix-neuf ans, et ne daignait grandir

Que pour concrétiser, dans son imaginaire,

Les tâches qu’en secret il rêvait d’accomplir.

Poème écrit en avril 2015.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s